Les Sonderkommandos (initialement Krematoriumskommandos, les commandos du crématoire) étaient des unités de travail dans les camps d'extermination, composées de prisonniers, juifs dans leur très grande majorité, forcés à participer au processus de la solution finale, leur rôle étant de vider les chambres à gaz, arracher les dents en or, couper les cheveux des morts et incinérer les cadavres dans les fours crématoires et les fosses. Il met ainsi en lumière le génocide commis par le plus grand dictateur de toute lhistoire et met en relief linvraisemblance de la distinction des races. Non contents de les déporter et de les exterminer, les Allemands les dépouillent de tous leurs biens. Cela va des communistes aux Tsiganes, en passant par les délinquants, les prisonniers de guerre, les Juifs et même les homosexuels, pour ne citer qu’eux. Dans cette présentation, nous exposerons en première partie l'aspect descriptif des camps de concentration et d'extermination. Le terme de camp de concentration n'a pas été inventé par les nazis. De tous les camps d’extermination, Auschwitz-Birkenau est le principal. Ce terme est parfois rencontré dans une autre acception car il a également été utilisé auparavant pour qualifier les Einsatzgruppen qui, eux, étaient allemands et participaient à la « Shoah par balles » sur le front de l'Est. Le présent texte analyse brièvement le rôle des dynamiques mémorielles monumentales mises en place dans les camps d’Auschwitz (Primo Levi) et de Buchenwald (Jorge Semprún) dans la préservation ou dans l’effacement de la mémoire des sites ainsi que leur capacité ou, au contraire, leur incapacité à transmettre l’histoire de ces lieux. Cela va des communistes aux Tsiganes, en passant par les délinquants, les prisonniers de guerre, les Juifs et même les homosexuels, pour ne citer qu’eux. Ils forment au sein de leurs troupes des opérateurs, équipés et mandatés pour enregistrer des images docume… La « Shoah par balles » a été perpétrée par des unités spéciales nommées les Einsatzgruppen. Lauteur sest lancé dans un récit poignant du temps de lholocauste en racontant son expérience à Auschwitz-Monowitz. Une politique d'extermination des handicapés physiques et mentaux, l'Aktion T4, avait déjà été entreprise sur le territoire du Reich avant la mise en œuvre de la solution finale de la question juive. Cela répond aussi à un problème logistique avec la présence de partisans à l'arrière du front et les difficultés en hiver. À Auschwitz et Majdanek, une sélection existait en lien avec l'existence d'un camp de concentration. L'enfant était place sur un tabouret, les yeux bandés avec une serviette, puis un injecté dans la poitrine avec une aiguille. Les camps d’extermination nazis réalisent la mise en pratique de méthodes industrielles pour le massacre organisé des Juifs, des homosexuels, et des Tziganes. L’horreur de la 2ème guerre mondiale: Les camps de concentration et d’extermination Sommaire: Margot Maureen 1.Pourquoi Hitler a décidé d’exterminer des êtres humains? Les prisonniers étaient emmenés dans des wagons à bestiaux, où ils étaient entassés avec très peu d’espace par personne. Mais tous ces biens juifs n’étaient pas perdus pour tout le monde. De nombreuses personnes mouraient au cours de ces voyages, de faim, de soif, de froid ou d’excès de chaleur — selon la saison — et de maladies contagieuses éventuelles qui avaient pu se propager dans les wagons[réf. Les armées libératrices parviennent tout de même à filmer l’enfer des camps de concentration et des camps de la mort : les amoncellements de cadavres, les entassements de mourants. Plus d’un million d’entre eux y furent assassinés. L’URSS, de son côté, paie un lourd tribu. « Le premier tri avait lieu pendant le voyage. Entrée d'Auschwitz : « Le travail rend libre » Ce livre transperçant a été écrit en mémoire de tous ces hommes qui ont affronté lhorreur et la peur dans l… Ce document a été mis à jour le 03/08/2018 Les camps de Treblinka, Sobibor et Belzec sont démantelés par les nazis dans la deuxième moitié de l’année 1943. Camp de concentration national-socialiste en Autriche rattachée (1938 … Les gardiens des camps, et même parfois des médecins nazis, agissaient en bourreaux envers les Juifs. Jamais, dans toute l'histoire de l'humanité, on n'avait ainsi tué à la chaîne », La création : objectifs et processus décisionnel, Une triple continuité : camps de concentration, Aktion T4 et Einsatzgruppen, Construction des camps et début des assassinats, Destruction des cadavres et dissimulation des preuves, Les chambres à gaz dans les camps de concentration, « Le premier tri avait lieu pendant le voyage. D’emblée, Hitler crée des camps de concentrations (Konzentrazionslager ou KZ) où seront éliminés ses opposants. Le complexe concentrationnaire d’ Auschwitz-Birkenau et sa quarantaine de camps associés a été, entre 1942 et 1944, le principal centre de déportation et d’extermination des Juifs d’Europe. La décision de les exterminer, et avec eux les Tsiganes, est prise le 20 janvier 1942 lors de la conférence de Wannsee. Maintenant, nous possédions les gaz et nous en avions découvert le mode d'emploi... », voir l'intervention de l'évêque de Munich. Un sort dramatique attendait presque à coup sûr les prisonniers des camps de concentration, il n'y avait que peu de chance de survie : manque constant d'eau, de nourriture ; travail harassant dans des conditions plus que précaires ; hygiène déplorable ; maladies ; expériences menées sur certains détenus ; et enfin ceux qui ne pouvaient plus travailler étaient envoyés dans les chambres à gaz. Une révolte voit le jour dans le ghetto de Varsovie en 1943, révolte vite réprimée par les Allemands. A la fin de la guerre, de sont plus de 4 millions de Juifs qui disparurent dans les entrailles des camps et 2 million dans les ghettos. « Si cest un homme » par Primo Levi est sorti le 1er janvier 1988. L’arriver des Camps de concentration et camps d'extermination En effet ses en 1933 que les premiers camps de concentration ont été ouverts dans l'Allemagne hitlérienne dès l'arrivée au pouvoir des nazis. Soviétiques, Américains ou Britanniques font appel pour cela aux compétences de cinéastes professionnels, comme John Ford. Arrivée d’un train de déportés Hongrois, le 26 mai 1944 sur la rampe d’Auschwitz-Birkenau. Les camps d'extermination sont dans la continuité des camps de concentration : lorsque ces derniers étaient en surcharge de détenus, ou lorsqu'ils ne pouvaient plus travailler, des convois étaient organisés afin de libérer de la place. Nous sommes en 1933 et Hitler fête son arrivée au pouvoir au poste de Chancelier et ses 44 ans… Deux doubles dizaines qui seront les prémices d’années ténébreuses. Fabréguet Michel, Mauthausen. À l'arrivée des convois, les juifs sont triés en deux groupes : l'un sera immédiatement gazé (certaines femmes, les enfants, les vieillards, les handicapés et les malades) et l'autre regroupe les hommes et femmes considérés comme assez forts. La plupart des Juifs ont été dupés par les nazis, qui leur ont vendu des parcelles et des maisons, et leur on… Plus de 600 000 personnes sont exécutées par les Einsatzgruppen (groupes d’intervention). Le gel du sol rend difficile le creusement de fosses communes. Cette année là compte double pour Adolf Hitler, et ce à double titre. L'historien Martin Gilbert estime que 5,7 millions (soit 78 %) des 7,3 millions de Juifs vivant dans les territoires occupés par l'Allemagne ont été victimes de la Shoah[9]. Carte vue en classe des camps de concentration et des camps d'extermination dans le Reich allemand. Maillon essentiel de la Shoah, ils prirent le relais des fusillades de masse perpétrées par les Einsatzgruppen. Après avoir été dans un premier temps enfouis dans des fosses communes, les cadavres des victimes ont été incinérés dans des fours crématoires ou dans des fosses de crémation, à partir du printemps 1942 à Chelmno et à Auschwitz et de l'automne dans les camps de l'action Reinhard[8]. Les camps d'extermination avaient le même but que les Einsatzgruppen : éliminer systématiquement toute personne ne convenant pas au Reich. Camps de concentration, camps d'extermination On distingue les camps de concentration, qui sont des camps de travail forcé dans lesquels les prisonniers travaillent jusqu’à l’épuisement total et où la mortalité est très forte. Ceux qui sont considérés comme « productifs », c’est-à-dire aptes au travail, vont vers l’usine I.G. Des pyramides de morts en costume zébré avec dans la nuque l'impact de la balle qui les a achevés : tel est le sinistre s… Les autres, ceux qui sont « improductifs » se rendent directement vers les salles de douches… en fait des chambres à gaz ou se répand le Zyklon B. Ce gaz se dégage sous les jets de vapeur… d’où les douches… . [Horst von Buttlar:Forscher öffnen Inventar des Schreckens at Spiegel Online (2003-10-1) (German)]. 2 p. 125. Dans les semaines après l'arrivée au pouvoir des Nazis, la SA (Sturmabteilung ou Section d'assaut), la SS (Schutzstaffel, escadron de protection, garde d'élite du parti nazi), la police et les autorités civiles locales mirent en place de nombreux camps de détention pour incarcérer les opposants, réels o… Ceux qui ont le malheur de déplaire à Hitler sont arrêtés par la Ge… Situé à 13 kilomètres au nord-ouest de Munich, le camp de concentration de Dachau (Konzentrationslager Dachau) a été construit en 1933. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. La première sélection ne tenait qu'à la résistance et à la volonté de l'homme enfermé dans le wagon. Les premiers camps de concentration (auparavant souvent dénommés camps de concentration « sauvages ») regroupent les camps créés après la prise de pouvoir par Adolf Hitler, de manière non systématique et dans des conditions différentes de rattachement, afin d'éliminer les opposants politiques au nazisme. "Soudain des cris s'élevèrent, venant de l'entrée du camps. Une partie de l'extermination s'est produite hors des camps, sur le front russe, par l'action des Einsatzgruppen. Ainsi, tout un pan de l’histoire des camps de concentration est escampé. Mais jusqu'à présent aucun d'entre nous n'avait vu. Lieux de regroup… D’emblée, Hitler crée des camps de concentrations (Konzentrazionslager ou KZ) où seront éliminés ses opposants. Le premier centre d'extermination à être construit et à être mis en service est celui de Chełmno en décembre 1941. Il écrit qu'il est rassuré de constater l'absence de crispation des cadavres et ajoute « Quand nous avions appris qu'on procèderait prochainement à l'extermination en masse des Juifs, ni moi, ni Eichmann n'étions renseignés sur les méthodes à employer. Le 3 septembre 1941 Rudolf Höss assiste à l'exécution de 900 prisonniers de guerre pour valider le procédé. Les premiers à arriver au camp étaient les prisonniers politiques de l'armée polonaise, bientôt suivis par des membres de la résistance, des intellectuels, des homosexuels, des Gitans et des Juifs. Posté par M Collas à 09:25 - 3ème - Histoire. Elles ont agi principalement en 1941 (par exemple à Babi Yar) et 1942 dans l'Est de l’Europe, en suivant l'avancée de la Wehrmacht. Les camps d’extermination nazis étaient des centres de mise à mort à grande échelle, dont « les opérations s'apparentaient par certains égards aux méthodes de production complexes d'une usine moderne ». On distingue les camps de concentration, qui sont des camps de travail forcé dans lesquels les prisonniers travaillent jusqu’à l’épuisement et où la mortalité est très forte, et les camps d’extermination ou centres de mise à mort (les chambres à gaz ou extermination par le travail), qui ont fonctionné de 1941 à 1944 (Chelmno, Belzec, Sobibor et Treblinka). Nous savions qu'on allait les gazer, mais comment et avec quel gaz ? Selon le journaliste et sociologue allemand Eugen Kogon, ancien déporté qui a publié en 1946 l'État SS,l'effectif concentrationnaire aurait atteint le chiffre total d'au moins 10 à 12 millions de 1933 à 1945. L'hygiène y était déplorable et les déportés devaient faire leurs besoins le plus souvent dans un seau qui passait de main en main, dans la promiscuité, devant les autres. Son invention de la chambre à gaz sera ensuite perfectionnée avec un gaz plus rapide, le Zyklon B, et une industrialisation du procédé. Des gardiens SS ou venant des Einsatzgruppen se chargeaient des exécutions. Nous savions qu'on allait les gazer, mais comment et avec quel gaz ? », « Quand nous avions appris qu'on procèderait prochainement à l'extermination en masse des Juifs, ni moi, ni Eichmann n'étions renseignés sur les méthodes à employer. « les opérations s'apparentaient par certains égards aux méthodes de production complexes d'une usine moderne », « n'avaient aucun précédent. L'historiographie s'accorde sur une liste de six camps d'extermination : Chełmno, Bełżec, Sobibor, Treblinka, Auschwitz–Birkenau et Majdanek, les deux derniers étant intégrés à des camps de concentration préexistants. Ces derniers sont gardés pour le travail forcé jusqu'à ce que mort s'ensuive. Après avoir pratiqué les fusillades de masse (Einsatzgruppen) et constaté les effets psychologiques négatifs sur les troupes, les SS et le RSHA ont cherché des alternatives nécessitant moins d'exécutants pour le meurtre de masse: explosifs, noyades, poison, ..., mais les résultats ne répondaient pas au besoin d'échelle, de rapidité et discrétion. Le soldat nazi tuerait enfants avec des injections de phénol. Les camps de Belzec, Sobibor et Treblinka, destinés à tuer dans le cadre de l’Aktion Reinhard tous les Juifs polonais, ouvrent dans le courant de l'année 1942. C'est dans ce cadre que les premières exécutions au gaz (monoxyde de carbone) ont été réalisées, mais après que les malades eurent été rendus somnolents par l'administration de médicaments[2]. Ce livre a été publié par les éditions Pocket dans la collection Littérature. Le monde découvre alors l’existence des camps d’extermination nazis, organisés à échelle industrielle. Dès le 23 janvier 2020, France Culture consacre une programmation exceptionnelle au 75e anniversaire de la libération des camps de la mort et à la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de … L'un des médecins ayant travaillé aux camps d'Auschwitz et de Ravensbrück, Carl Clauberg, faisait des expériences de stérilisation sur les femmes. ), Mémoire des camps. Ce massacre humain porte un nom : la Shoah (catastrophe en hébreu). Un char de l'armée américaine avait défoncé le portail. Une fois arrivés, dans la plupart des centres, les Juifs étaient tous gazés. Des détenus étaient chargés de déposer les cadavres et ensuite d'y mettre feu. On estime que plus de 5 millions de Juifs y ont trouvé la mort, ainsi que 800 000 détenus d'autres catégories auxq… Les camps de concentration et d'extermination nazis constituent l'application la plus effroyable d'un système lié à une conception raciste et politique relevant d'une idéologie totalitaire. Le chemin de la vie s’arrêta à Bergen-Belsen pour 100 000 personnes, à Buchenwald pour 190 000 autres… Ce dernier camp fut libéré en 1945 par l’armée américaine. Cette façon de procéder s’appliqua à de nombreux camps dont celui de Treblinka. Leur collaboration est « obligatoire ». Exposition, Paris, Hôtel de Sully, 12 janvier - 25 mars 2001, Éditions Marval, Paris, 2001. Les valeurs, billets de banque et devises étaient remis à une section spéciale de l’administration avant d’être envoyés à Berlin et placés à la Reichsbank…. Georges Snyders témoigne ainsi du caractère résolument aléatoire et imprévu de l'ouverture des camps de concentration et d'extermination par les alliés entre novembre 1944 et mai 1945. Voir doc. À Auschwitz, et en ordre serré, les prisonniers sont dirigés vers différents bâtiments. » Ces replis du coeur malfaisant où pénètre le journaliste américain Meyer Levin, qui accompagne les armées américaines dans leur marche en Allemagne, ce sont les camps de concentration* nazis. Ce site utilise des cookies à des fins de personnalisation de la navigation et de mesure d'audience. -Les camps d’extermination se distinguent des camps de concentration par leur unique activité : l'assassinat de masse. Les camps d’extermination nazis étaient des centres de mise à mort à grande échelle, dont « les opérations s'apparentaient par certains égards aux méthodes de production complexes d'une usine moderne ». Ainsi, si l'existence des camps de concentration et de d'extermination était connue par les Alliés pendant la guerre, ce n'est qu'avec leur découverte au cours du premier semestre 1945 que ceux-ci réalisent l'ampleur des crimes commis par les nazis. Enfin, c'est le SS Globocnik qui fait une expérience dans une maisonnette aménagée : le gazage dans un local hermétique avec un minimum d'exécutants et une clandestinité supérieure. Mais, témoin du fonctionnement de ces camions, Adolf Eichmann leur reproche un manque de discrétion avec les cris, une durée trop longue de mise à mort (jusqu'à 30 min), des manipulations pénibles des corps crispés et souillés altérant le moral des opérants. 3.Les prisonniers des nazis et … Jamais, dans toute l'histoire de l'humanité, on n'avait ainsi tué à la chaîne »[1]. Les nazis ont été contraints d'y mettre fin à cause de l'émotion et de la protestation d'une partie de la population allemande, relayée par les églises protestante et catholique[3]. Seuls sont campés sur les champs historiques désertés par l’objectivité les camps nazis. Paris : Editions du Seuil , 2000 . Les Waffen SS et la Wehrmacht devaient peut-être leur ponctualité aux montres qui, une fois triées et réparées, leur étaient envoyées. Le mot signifie « unité spéciale » en allemand. À partir de l'été 1944, l'avancée des troupes soviétiques permet la libération des premiers camps de concentration nazis. Sa direction fut successivement assurée par les SS Rudolf Hoess, A. Liebehenschel et Richard Boer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans les camps, les Juifs sont les principales victimes. Cela aurait des conséquences négatives sur la « race allemande ». A Treblinka, ce ne sont que 40 survivants qui reviennent du camp. Dans ces ghettos, situés généralement dans un quartier de surface très restreinte d’une grande ville (Varsovie, Lodz, Vilno, Kovno…) mais parfois dans un seul vaste bâtiment ; ceints de murs hauts d’au moins 3 mètres et de barbelés, furent regroupés, par dizaines ou centaines de milliers, les Juifs de l’Est de l’Europe, habitants des grandes villes, et y étaient transférés ceux, résidents des petites villes et des campagnes. Ils sont alors nommés les Judenrate. Les premiers camps de concentration en Allemagne furent créés peu après la nomination d'Hitler au poste de chancelier en janvier 1933. Extermination : c’était le maître mot de celui qui rêvait d’être le Maître de l’Univers. Les SS avaient pourtant tout à craindre en agissant ainsi : ils risquaient la peine de mort selon l’ordre donné par le Reichsführer Himmler. Dans ce camp, mille Juifs avaient pour tâche « d’accueillir » les nouveaux… Toutefois, sur ce bateau-fantôme naquit une mutinerie dont le cri de ralliement était : « Révolution à Berlin ». nécessaire]. Révolte du 2 août 1943 du camp d'extermination de Treblinka, Révolte du 14 octobre 1943 du camp d'extermination de Sobibor, Révolte du 7 octobre 1944 dans le camp d'extermination de Birkenau, Jusqu'au dernier : la destruction des juifs d'Europe, L'Authentique Procès de Carl-Emmanuel Jung, Ghettos juifs en Pologne occupée par les nazis, Informations sur les membres des Sonderkommandos d'Auschwitz, Concours national de la Résistance et de la Déportation 2004-2005, Liste des ghettos Juifs en Pologne occupée, Liste des ghettos Juifs en Biélorussie occupée, Portail de la culture juive et du judaïsme, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Camps_d%27extermination_nazis&oldid=177026413, Camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale, Massacre ou atrocité de la Seconde Guerre mondiale, Article avec une section vide ou incomplète, Portail:Seconde Guerre mondiale/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. En novembre 1944, Himmler fait arrêter les gazages, dynamiter les chambres à gaz et les fours crématoires. Clément Chéroux (dir. Le monde en avait entendu parler. Chapitre 4 - Permalien [ # ] Cependant l'extermination des handicapés se poursuivra jusqu'en 1945[4],[5]. La France des camps Un support très complet sur la géographie des camps en France: camps de concentration, d’internement, camps réservés aux Juifs, camps de l’organisation Todt et camps sous administration allemande. Toutes vos précisions, informations et photographies sont les bienvenues. Devenir contributeur sur Seconde Guerre. Dans les camps, les détenus se trouvent sous la férue des Kapos, eux-mêmes prisonniers de droit commun qui ont tous les droits… Quand ils ne sont pas dans les camps, les Juifs sont cloîtrés dans les ghettos. Les personnes dotées de caractéristiques particulières (jumeaux, nains, etc) sont parfois gardées en vie et mises à l'écart pour des expériences pseudo-médicales. La police peut désormais arrêter et interner dans un camp tout citoyen ayant le profil « d’opposants ». A partir de 1941, l’extermination des Juifs et des Tsiganes débute.. Ils sont raflés puis déportés dans des camps de concentration et d’extermination.. D’autres catégories de personnes telles que les homosexuels, les personnes handicapées, les opposants politiques ont subi le même sort. La seconde était l’œuvre des S.S., mais dépendait aussi de la manière dont s'était déroulé le voyage. La police peut désormais arrêter et interner dans un camp tout citoyen ayant le profil « d’opposants ». Les Allemands ne se contentent pas de faire disparaître les infrastructures des camps : ils entendent aussi faire disparaître les corps des victimes, une entreprise appelée « opération 1005 ». Les premiers centres sont prévus par Reinhard Heydrich pour protéger les tueurs et éviter le développement d'une perversion chez les SS qui deviendraient des sadiques. Les soldats sont restés sur leur char, sans dire un mot, la stupéfaction et la crainte se lisaient sur leurs visages tandis qu'ils faisaient face à la foule des morts-vivants ainsi … Créés et organisés par le régime nazi d'Adolf Hitler, sous la responsabilité opérationnelle d'Heinrich Himmler et de son adjoint Reinhard Heydrichdans le seul but d'exterminer un maximum de victimes dans un minimum de temps, ils firent près de trois millions de victimes , juives dans leur énorm… Pour asseoir sa domination, Hitler érigea six camps d’extermination : Auschwitz-Birkenau (1940-1945), Majdanek (ou Maidanek, 1941-1944), Belzec (1942-1943), Sobibor (1942-1943), Treblinka (1942-1945) et Chelmno (Kulmhof, 1941-1945). Abonnez-vous De tous les symboles qui pèsent sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, le plus puissant demeure sans doute celui des camps de concentration et d’extermination. Les autres estimations vont de 4,9 à 6 millions de juifs[10]. La protection constitutionnelle contre les arrestations arbitraires est abolie. Secondeguerre.net - Votre source d'information sur la guerre de 39-45 depuis 2003. Photographies des camps de concentration et d'extermination nazis, 1933-1999. Ces « collectes » étaient désignées sous le nom de « Action Reinhardt ». L’Europe en 1942 Cette carte est un état des rapports de … Farben. Certains étaient conservés pour les tâches les plus pénibles (récupération des affaires, coupe des cheveux...). Raul Hilberg a écrit que ces camps, qu'il appelle des « centres de mise à mort », « n'avaient aucun précédent. La protection constitutionnelle contre les arrestations arbitraires est abolie. Camps de concentration des années 1930. C'est après avoir constaté le décès de prisonniers allongés de force dans une cave mal ventilée que l'idée du gazage a été explorée. Camps de concentration et d'extermination Czesława Kwoka, un enfant polonais tués à Auschwitz. Photographies des camps de concentration et d'extermination nazis, 1933-1999, Paris, Marval, 2001, 246 p.,269 ill. NB et coul., bibl., index, 44,21 E. Bibliothèque Municipale d’Achères, Bibliographie sur la commémoration du 60 ème anniversaire de la libération des camps de concentration et d’extermination 6 Le témoignage est un combat : une biographie de Germaine Tillion / Jean Lacouture. et les plus douloureux de l'histoire de notre continent; considérant que les crimes d'Auschwitz doivent rester dans la mémoire des générations futures, comme une mise en garde contre des génocides similaires, qui se nourrissent du mépris de l'autre, de la haine, de l'antisémitisme, du racisme et … Le second à l'arrivée. Construit en 1940 pour abriter les prisonniers politiques polonaisqui ne rentraient plus dans les prisons, Auschwitz I était le camp de concentration initial et le centre administratif du complexe qui a été construit par la suite. Remarque: toute l'extermination des Juifs ne s'est pas déroulée dans des camps d'extermination. « Nous savions. »[6]. Les camps ont bien été ouverts, et non libérés. Ceux qui ont le malheur de déplaire à Hitler sont arrêtés par la Gestapo ou par la police criminelles (Kipo) afin d’être remis sur de bons rails… Les camps les accueillent pour les « rééduquer ». Exposé de 5 pages en histoire contemporaine : XIXe, XXe et XXIe : Définitions et différences entre camps de concentration et d'extermination. L'odeur nauséabonde durait pendant tout le trajet. C'est comme si nous avions enfin pénétré à l'intérieur même des replis de ce coeur malfaisant1. La Shoah est le terme généralement employé pour désigner le génocide d'environ six millions de Juifs européens durant la Seconde Guerre mondiale. La seconde était l’œuvre des S.S., mais dépendait aussi de la manière dont s'était déroulé le voyage. Le second à l'arrivée. 1,3 million de personnes y furent déportées, dont 1,1 million de Juifs. Par exemple, Joseph Mengele, que l'on surnommait « l'ange de la mort », faisait des expériences barbares sur des enfants ou des jumeaux. La dernière modification de cette page a été faite le 27 novembre 2020 à 14:39. Créés et organisés par le régime nazi d'Adolf Hitler, sous la responsabilité opérationnelle d'Heinrich Himmler et de son adjoint Reinhard Heydrich dans le seul but d'exterminer un maximum de victimes dans un minimum de temps, ils firent près de trois millions de victimes[1], juives dans leur énorme majorité, assassinées au moyen de chambres à gaz. La première sélection ne tenait qu'à la résistance et à la volonté de l'homme enfermé dans le wagon. En juillet 1941, Heydrich reçoit de Göring l’ordre de préparer la solution finale du « problème Juif ». L'anéantissement des Juifs et des Roms est voulu par Hitler dès 1941 et progressivement, en particulier lors de la conférence de Wannsee en 1942, on évoque la solution finale au "problème juif" : les centres de mises à mort. Maintenant, nous possédions les gaz et nous en avions découvert le mode d'emploi... »[7]. L'oxyde de carbone a alors été utilisé dans les camions à gaz (ou Sonderbehandlungswagen, S-Wagen) spécialement aménagés et produits en série.